Search

Articles

Page d'accueil

Le Deuxième Dimanche du mois de Babah

La rencontre du Christ avec l’humanité désespérée à travers le miracle de la pêche du poisson

Les pécheurs, qui ont jetés leurs filets et ont veillés toute la nuit, sans avoir pêché aucun poisson, offrent une image de déception humaine et de désespoir. Mais Dieu arrive au secours de l’homme dans son impuissance, et démontre Sa présence au milieu de la faiblesse et la tristesse alors, se transforme en joie immense en Dieu. Ce miracle présente une image joyeuse de la rencontre avec le Christ : «  Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres,  a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ » (2 Co. 4 : 6).

Le Psaume des vêpres, exprime le sens spirituel du miracle : «Les peuples te louent, Ô Dieu ! Tous les peuples Te louent. Les nations se réjouissent et sont dans l’allégresse ; car Tu juges les peuples avec droiture, et Tu conduis les nations sur la terre. » . Et le Psaume de l’aube, exprime l’état de l’homme qui attend le Seigneur : « Lorsque je pense à Toi sur ma couche, je médite sur Toi pendant les veilles de la nuit … ». Quant au Psaume de la messe, il exprime la joie de ce que Dieu fait pour nous : « Poussez vers Dieu des cris de joie, vous tous, habitants de la terre ! Chantez la gloire de son nom, célébrez Sa gloire par vos louanges …Toute la terre se prosterne devant Toi ».

L’Epitre de St. Paul explique le sens spirituel du miracle de la pêche des poissons : L’apparition du Christ, aux élèves dans le lac, est comme la lumière qui illumine leur vie, « Car Dieu, qui a dit : la lumière brillera du sein des ténèbres, a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face du Christ ». Puis, il explique l’état d’incapacité et de frustration dans lequel se trouvaient les disciples, après avoir veillé toute la nuit sans rien pêcher, puis la transformation en joie, par l’œuvre du Christ «Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuée à Dieu, et non pas à nous. Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité ; dans la détresse, mais non dans le désespoir ; persécutés, mais non abandonnés ; abattus mais non perdus ; portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. (2 Co. 4 : 7 – 10) ». Donc le miracle de la pêche exprime un état accompagnant la vie du chrétien sur terre, tel que les troubles, l’incapacité, l’espérance et le réconfort par le Christ.

« Comme Jésus se trouvait auprès du lac de Génésareth, et que la foule se pressait autour de Lui pour entendre la parole de Dieu » : Nombreux sont ceux qui se groupent autour du Christ pour différentes raisons, mais peu sont ceux qui demandent sincèrement le Salut. « Il vit au bord du lac deux barques, d’où les pêcheurs étaient descendus pour laver leurs filets ». Le Christ nous voit toujours, mais Il nous voit spécialement dans l’état de désespoir et de détresse. « Il monta dans une de ces barques, qui était à Simon, et Il le pria de s’éloigner un peu de terre. Puis Il s’assit, et de la barque Il enseignait la foule ». Les quatre disciples connaissaient Jésus, car Il les avait déjà rencontrés à Jérusalem, et Il les avait invités à devenir Ses disciples. Mais durant cette rencontre, l’état de souffrance dans lequel ils étaient, ne permettait pas que le Christ entre dans la barque pour enseigner. Souvent les serviteurs de la parole passent par cette épreuve, et ils doivent enseigner. « Lorsqu’Il eut cesse de parler, Il dit à Simon : Avance en pleine eau, et jetez vos filets pour pêcher ». Seigneur, que Tu enseignes de ma barque, lorsque je suis en cet état de vide et de déception est une chose difficile à concevoir, mais que Tu interviennes dans mon métier et mon expérience, cela dépasse ce que je peux supporter «  Nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre, mais, sur ta parole, je jetterai le filet. L’ayant jeté, ils prirent une grande quantité de poissons, et leur filet se rompait ».

L’épreuve spirituelle, dans des sujets qui paraissent être impossible, est importante dans la vie du Chrétien et surtout dans celle des serviteurs, car l’âme se raffine et se rapproche du Christ. « Quand il vit cela, Simon Pierre tomba aux genoux de Jésus, et dit : Seigneur, retire-toi de moi, parce que je suis un homme pécheur. … Ne crains point ; désormais tu seras pêcheur d’hommes » (Lu. 5 : 1-11).