Search

Articles

Page d'accueil

Le troisième dimanche du mois de Méchir: On a trouvé Jésus, le pain de vie

Les lectures s'occupent de la foi et son importance pour bien connaitre les effets du sacrement de l'Eucharistie.

Le psaume des vêpres: "pour moi, dans mon innocence, je verrai ta face; dés le réveil, je me rassasierai de ton image. Si tu sondes mon cœur, si tu le visites la nuit." La vision du visage de Dieu lors de l'Eucharistie alloue un rassasiement due à l'apparition de la gloire de Dieu.

Pour l'évangile du matin, "Or Jésus s'était crié: celui qui croit en moi croit, non pas en moi, mais en celui qui m'a envoyé; et celui qui me voit, voit celui qui m'a envoyé" (Jean 12: 44-45). L'Eucharistie entre la foi et la vision.

Quand aux pauliniennes, "Car nous sommes devenu participants du Christ, pourvu que nous retenions fermement jusqu'à la fin l'assurance que nous avions au commencement." (Hébreux 3:14). Le sacrement de la communion c'est lui-même l'Eucharistie; ici, il souligne l'importance de la persistance de la foi jusqu'à la fin et la nécessité d'accomplir notre communion avec le Christ.

Les épitres aux catholiques, "Pour vous, bien-aimés, vous édifiant vous-mêmes sur votre très sainte foi, et priant par le Saint Esprit, maintenez- vous dans l'amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ pour la vie éternelle." (Jude 1: 20-21), sont encore une confirmation sur l'importance de la foi.

Les actes des apôtres: "le premier jour de la semaine, nous étions réunis pour rompre le pain. Paul, qui devait partir le lendemain, s'entretenait avec les disciples, et il prolongea son discours jusqu'à minuit." (Actes des apôtres 20:7). Les actes représentent la rupture du pain au début de la semaine comme une tradition apostolique originale.

Après avoir parlé de la foi, tout en confirmant sur l'originalité du sacrement de l'Eucharistie comme une pratique ecclésiastique et apostolique, l'évangile de Jean vient pour nous exposer l'important discours du Christ sur le concept du sacrement de l'Eucharistie.

La recherche de Jésus n'atteint pas le but, "Et l'ayant trouvé au-delà de la mer, il lui dirent: Rabbi, quand es-tu venu ici? Jésus leur répondit: En vérité, en vérité, je vous le dis, vous me cherchez, non pas parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés." (Jean 6: 25-26). La recherche de Jésus avait pour but la nourriture mais le Christ a voulu remanier le but. "Travaillez non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l'Homme vous donnera; car c'est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau." (Jean 6: 27). Le travail pour la nourriture est une nécessité de vie, mais, ici, le Christ a voulu nous transmettre du fait matériel à un niveau spirituel, céleste et éternel. La vraie nourriture est la nourriture céleste, que nous devons atteindre par l'action spirituelle tout en déterminant notre but qui est la vie éternelle. La nourriture est le don du Fils de l'Homme, c'est-à-dire le Fils incarné, marqué par le sceau de Dieu; autrement dit, alloué et nommé par la vie éternelle. Plusieurs cherchent Jésus pour de buts terrestres et ne le trouvent jamais; pour cela, au prime abord, le Christ réajuste le but même. Ensuite, il explique la nature de la nourriture qui subsiste pour la vie éternelle.

"Car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. Ils lui dirent: Seigneur, donne-nous toujours ce pain. Jésus leur dit: je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif." (Jean 6: 33-35).

"Je suis le pain de vie. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde." (Jean 6: 48, 51).